Tipster – un oeil sur l’innovation

Tipster #01

Viewing posts from the Tipster #01 category

Ca va se passer

Ca va se passer

Les 16 et 17 juillet, la West Web Valley et Les Vieilles Charrues font leur West Web Festival. Cette année, c’est « No Border For Digital Revolution » avec au programme des speakers rock-star du web, des concerts et des ateliers business. La grande question de l’évènement : comment le numérique va redistribuer la puissance économique. Ces nouvelles « rock star » du web disruptent des secteurs qui semblent intouchables, notamment ceux munis de barrières réglementaires à l’entrée, comme l’entertainement, le transport, le tourisme, l’automobile, le bâtiment, l’agriculture, la santé, l’éducation … Plus de 15 speakers du web seront là pour témoigner, tel que Xavier Court, associé cofondateur de vente-privée en charge du Business Development, Simon Baldeyrou, directeur général de Deezer, Alexandre Molla, General Manager Expansion (France) d’User et même Axelle Lemaire, Secrétaire d’État au Numérique. Au delà des concerts et des rencontres avec des pionniers du digital, des ateliers business sont organisés, permettant de travailler sur l’impact de l’évolution des marchés sur leur business et sur les opportunités d’innovation disruptive ou radicale qu’elles font naitre. Les ateliers sont animés par Benjamin Chaminade de Trendemicx avec la possibilité de travailler sur des outils qu’il a développé pour repartir avec des pistes concrètes d’innovations potentielles. Durant ce festival, il est aussi possible de faire tester un produit ou un service (tant qu’il est en phase avec l’évènement) auprès des festivaliers du West Web Festival et de vérifier la cohérence du projet. Et enfin, un startup contest est organisé pour donner l’opportunité aux startups de se mettre en avant et de pitcher afin d’obtenir un maximum de visibilité et de levier pour accélérer la startup. Une occasion à ne pas louper.

Plug2Play Innovation

Plug2Play Innovation

OnePark offre aux hôtels du groupe Accor une solution digitale d’optimisation et de réservation de leurs parkings, problématique de tous les grands Hôtels aujourd’hui.
Les hôteliers contribuent de plus en plus à l’apport de solutions innovantes et de services supplémentaires à leurs clients, en quête de gain de temps, d’expérience, voire d’économie. Dans la course à l’innovation, ces grands groupes, souvent gênés par leur inertie, ont du mal à assurer un time-to-market satisfaisant. L’intérêt de collaborer avec des startups est alors de s’affranchir de l’inertie de l’entreprise afin de rester dans la course à l’innovation et de tester de nouvelles opportunités de business model en externalisant des concepts auprès de startups agiles et innovantes, tout en participant à dynamiser l’écosystème entrepreneurial local.
Conçue pour pallier les problèmes de stationnement dans les grandes villes, OnePark compte aujourd’hui plus de 70 partenariats avec des parkings publics comme privés parmi lesquels le groupe Accor. Ce type de partenaire possède des parkings largement sous-exploités (le taux de venue en voiture des clients dépasse rarement les 50%) dont OnePark peut optimiser les taux d’occupation et rendre l’offre accessible à tous, au travers de sa solution. Pour Accor, qui est actuellement en plein virage du numérique, l’optimisation des parkings représente un enjeu important en termes de service. Une prise de conscience née d’une rencontre avec la startup OnePark. Une approche initialement commerciale, se positionne aujourd’hui au coeur d’une démarche d’Open Innovation. Celle-ci a permis à la solution OnePark d’être adoptée plus facilement par le groupe Accor. Pas de travail supplémentaire pour l’hôtel, juste du business en plus. C’est de l’open innovation en mode Plug2Play, donc forcément on aime <3

Repeat after me

Repeat after me

On l’a déjà dit mais on le répète : « Si vous ne pouvez pas faire des choses grandioses, alors faites de petites choses de façon grandiose ». 

C’est dans notre livre blanc et c’est ici.

We <3 Startup

We <3 Startup

Idéal pour Thomas Thévenoud et tous les autres phobiques de l’administratif.

Birdly, pour en finir avec la galère des notes de frais. La startup souhaite faire gagner du temps aux entrepreneurs. Plus besoin de passer des heures pour gérer ses notes de frais. Il suffit désormais d’installer l’appli mobile Birdly, de prendre en photo ses notes de frais et… c’est tout ! Votre assistant personnel Birdly se charge du reste. Une application intuitive au design épurée, créée par des entrepreneurs, pour des entrepreneurs !
Le principe est bien construit, ils ont pensé à tout. La force de Birdly est de reconnaitre à la fois les données liées intrinsèquement à la dépense mais également de suggérer celles qui ne sont pas directement visible sur le ticket et qui constituent le contexte. Pour cela, plusieurs solutions ont été développées dans cette optique, telles que l’intégration du calendrier ou bien la géolocalisation du smartphone. La startup peut également vous épauler lors d’interrogations sur la loi, les règles en vigueur ou en vous donnant des conseils et astuce sur tout ce qui concerne les notes de frais.
En bref, une photo de la facture, une synchro avec l’agenda pro, un tag pour catégoriser et hop, un export d’excel en cadeau pour le contrôleur de gestion ! Elle est pas belle la vie quand la technologie vous la rend plus simple ?

Pour en savoir encore plus ou tout simplement télécharger l’application, c’est ici !

THE PHRASE

The phrase

Jacques (Attali) a dit : « l’Ubérisation est une anecdote de la robotisation ».
D’ailleurs, Uber se verrait bien dans quelques années avec un parc de 500.000 Tesla autonomes. Plus de chauffeur, plus de travail dissimulé, plus de garde à vue. Une bonne start-up, ça doit savoir remettre en cause les modèles établis, à commencer par le sien.

R.O.I – Return On Innovation

R.O.I - Return On Innovation

Le bouton connecté DARTY à fait un carton. On compte 840k€ de chiffre d’affaire incrémental en 6 mois avec 30.000 abonnés à 25€ et 3€ d’abonnement mensuel.
La concurrence est de plus en plus agressive, les enseignes sont donc obligées d’innover pour se différencier et apporter des solutions concrètes pour fidéliser leurs clients. La mise en place de ce service avait pour objectif de redynamiser le SAV de l’enseigne, mais c’est bien plus que ça ! Cette innovation est un concentré du service Darty, c’est un service personnaliser à la demande qui s’étend au-delà de l’après-vente. Petit rafraichissement de mémoire si vous ne savez ce qu’est le bouton connecté DARTY. Il est présenté sous la forme d’un carré de 7cm de diamètre aimanté et connecté à la box internet du foyer. Pour entrer en contact avec le SAV Darty, l’utilisateur appuie sur le bouton. Un conseiller Darty le rappellera en moins d’une minute, 7J/7 et 24H/24, pour répondre à ses questions sur l’utilisation d’un appareil ménager, pour une assistance en cas de panne… En fait, le bouton Darty, « c’est le contrat de confiance 3.0 » annonce Christian Lou, le directeur digital et marketing de l’entreprise. En tout cas, plus de 30.000 abonnés en si peu de temps, si c’est vrai, le R.O.I est plutôt impressionnant !

REPLAY

Replay

Accor, le géant français de l’hôtellerie, rebaptisé AccorHotels ouvre ce mercredi une plateforme de réservation en ligne dédié aux hôteliers indépendants. Cette nouvelle est étonnante car la marque s’auto-ubérise en ouvrant une place de marché à tous les acteurs indépendants de l’hôtellerie. C’est un peu comme si AirFrance vendait des billets d’avion à d’autres compagnies.
Le lancement de ce nouveau service à pour but de contrer booking.com, Expedia et autres plateformes de réservation hôtelière avec un objectif de 10.000 hôtels dans 300 villes et 92 pays en 2018, soit le triple du volume actuel d’AccorHotels, contre plus de 680.000 chez booking.com… c’est ambitieux ! C’est une bonne façon de récupérer du business additionnel sur les pertes provoquées par ses plateformes de réservation hôtelière. Sébastien Bazin dit s’être inspiré d’Amazon et qu’il s‘agit de rivaliser avec les géants du numérique. Il annonce que « Dans la chaîne de valeur, il y a de nouveaux acteurs qui n’existaient pas il y a dix ans, qui gravitent autour de notre métier. Tous ces innovateurs ont une croissance extrêmement forte, des concepts extrêmement solides, un trafic de plus en plus important et une valeur qui, en dix ans, est très supérieure à ce que nous avons bâti en cinquante ans. Si vous avez quelques milliards à dépenser, il vaut mieux les mettre dans la chaîne de valeur en amont et en aval. » Il continu et s’amuse en disant « Vous avez connu les Gafa (Google, Amazon, Facebook et Apple), vous allez connaître les Batar : Booking, Accor, TripAdvisor et Airbnb) ». En tout cas, avec une ambition pareille, on pense qu’Accor ne nous dit pas tout !